[Kal'Dorei] Eloanwe

Partagez

[Kal'Dorei] Eloanwe

Message  Anaria le 2011-06-13, 18:43

Le soleil se dressa sur l’horizon, se levant d’une paisible nuit de sommeil. Il reprenait son service, chauffant le sol de ses doux rayons, éveillant les jeunes fleurs qui n’attendaient que son retour pour éclore. Les bois sortaient doucement de la torpeur dans laquelle l’obscurité les avait plongés.

Sur une grosse branche d’un arbre aux ramures majestueuse, Eloanwe remua le nez puis ouvrit ses paupières. L’esprit encore engourdi, elle mit quelques minutes à s’éveiller puis secoua vivement la tête. Elle rassembla ses affaires éparpillées un peu partout sur la large branche et saisit son bâton. Elle avait passé la nuit ici, sous la coupole bienveillante de feuillage imposant du géant de bois qui l’avait accueillit.

D’un geste habile, elle bondit sur le tapis de mousse qui recouvrait les pieds de l’arbre. Son regard balaya la zone. Au loin, on apercevait la silhouette de Darnassus, ses prunelles s’y attardèrent quelques instants. Il faudra qu’elle passe voir sa mère y résidant dans la journée.
Mais avant, elle avait un devoir à accomplir. La veille, alors qu’elle errait dans la forêt comme à son habitude, les cris plaintifs d’une biche s’étaient heurtés à ses longues oreilles. Elle devait certainement mettre bas et la jeune elfe tenait absolument à voir si tout c’était bien passé.

Elle ferma les yeux et prit une profonde inspiration. Quand elle les rouvrit, elle s’élança immédiatement dans une foulée légère vers les lieux desquels les lamentations s’étaient élevées. Eloanwe avait un profond attachement et une grande complicité avec le monde sauvage, et ce, depuis sa plus tendre enfance.

Sa mère avait tant espéré que sa fille naisse un soir de pleine lune, qu’elle entre dans la grande tradition des servants d’Elune. Il ne manquait qu’un seul quartier quand Eloanwe vint au monde. Au fil des années, l’enfant révéla son aspiration vers la faune et la flore. Son père, un guerrier défenseur de la capitale Kal’Dorei, pensa en faire une grande chasseresse mais on découvrit bien vite que des dons magiques avaient été accordé à l’enfant à sa naissance. C’est donc vers les voies du druidisme qu’on se tourna.

Eloanwe atteint le lieu où elle se trouvait la veille et se mit à la recherche de la mère et de son petit. Elle passa à côté d’un petit cimetière et s’arrêta un moment devant une stèle au nom de son père. Mais la pierre trônait sur une tombe vide. Ce dernier était mort au combat et son corps ne fut jamais retrouvé.

Elle était encore jeune quand cela s’est produit, elle n’a gardé que de vagues souvenirs de lui mais en sait beaucoup sur lui via le biais de sa mère. Cette dernière, qui n’était qu’une tailleuse, s’était emmurée dans un chagrin éternel. Elle décida de murer sa fille également mais pas dans les pleurs, dans un cocon hermétique de tout monde extérieur à la vie paisible de Astranaar et des forêts qui l’entourent. La plongeant dans une totale ignorance de la barbarie du monde, des coutumes et mœurs des autres peuples et la gardant dans une innocence que seuls les enfants ont encore.

Elle reprit son chemin et ne tarda pas à trouver les cervidés. Poussant un long soupire de soulagement, voyant le petit faon gambadait gaiement autours de sa mère, elle s’enfonça un peu plus dans la forêt, avec pour seul but d’être à l’écoute de la nature qui l’entoure.

    La date/heure actuelle est 2017-10-21, 02:18