[Background] Manatheren, ou le Béryl Rouge

Partagez

[Background] Manatheren, ou le Béryl Rouge

Message  Manatheren le 2011-08-28, 07:23

NOM : Al'Elsidiem En'Noridhrim

Prénom : Manatheren

Origine : Supposément Lune d'Argent

Physionomie : De grande taille comme tout un chacun de sa race, quoique pas forcément exceptionnel pour un elfe.
Assez forte carrure suite à son statut fortement associé aux forces armées.
Chevelure blonde cascadant sur un beau visage, excepté sur l'oeil droit dont le pourtour semble avoir été brûlé très fortement.

Métiers exercé en RP ( pas plus de deux métiers classique) :

Paladin de la Main d'Argent (si impossible, sera alors modifié en Chevalier de Sang, même si les justificatifs sont cités dans le bg)
Enchanteur
Couturier

Autres : Tout est dit dans le background


________________________________________________________________________



Prologue : Le vide d'une vie.



Il est parfois récit de contes et de légendes mettant en scène de puissants héros, qui, de par leur facultés hors du commun et leur courage sans faille, ont réussi à sauver le monde d'une fin tragique, bravant tous les périls et ne renonçant à nul sacrifice.

Nous avons bien dit "parfois", en effet, c'est dans un cadre on ne peut plus banal que commence ici notre histoire, plus particulièrement, dans le cadre paisible et rayonnant de la Forêt des Chants Éternels, au sein de laquelle se niche la resplendissante Lune d'Argent. Les évènements contés ici sont révolus depuis déjà plus de 6 révolutions de la Terre autour de l'astre céleste, et pourtant, ils continuent de marquer la vie d'un individu, et ce, à tout jamais.

Nous retrouvons donc l'individu en question, dénommé Manatheren par tous ceux qui le côtoient dans la grande capitale des elfes. De taille un poil au dessus de la normale des elfes, c'est-à-dire bien au delà de celle d'un humain, sa carrure musclée témoigne de ses nombreuses heures d'entraînement. Une longue chevelure blonde tombe en cascade sur ses épaules, et couvre une partie de son visage pâle et sans défaut. Des yeux d'un bleu azur manaïque viennent compléter le tableau de l'individu, séduisant, certes, mais de par accoutumée, pas plus que les autres elfes à sa connaissance. Vêtu de l'habituelle tenue tressée de mailles et recouverte de plaques azurées de la Garde, il porte attachée dans son dos une large faux, dont le bleu profond et marqué, presque scintillant, rappelle les entrailles de la puissante Mer Voilée, et sertie avant la lame recourbée d'un rubis travaillé.

C'est donc ainsi présenté que Manatheren, paladin vous l'aurez deviné de par son armure spécifique à son rang, se dirigeait d'un pas assuré vers son supérieur, le Chevalier-seigneur Vaillesang, après avoir traversé la Place des Pérégrins. A son arrivée, celui-ci leva les yeux de ses rapports et son visage s'illumina.

"Ah Manatheren, enfin vous voilà !"

"Chevalier-seigneur..., répondit Manatheren en s'inclinant légèrement."

"Vous tombez bien, nous avons justement besoin de vous. Vous n'êtes pas sans savoir qu'avant hier un détachement de la Garde a été dépêché vers le Sud, pour contrer l'activité inquiétante des trolls de Tor'Watha, n'est-ce pas?"

Devant le silence de Manatheren, Vaillesang poursuivit :

"Et bien nous aurions du avoir des nouvelles depuis longtemps, mais toujours rien. J'ai peur qu'il leur soit arrivé malheur, sûrement à cause de ces maudits trolls ! Vous m'avez souvent bien servi par le passé, aussi j'aimerai que vous vous rendiez sur place pour voir ce qu'il en est, et que vous reveniez me faire un rapport détaillé sur la situation."

Le supérieur de l'elfe lui tendit un parchemin.

"Voici votre ordre de mission, al diel shala !"

"Al diel shala, anar'alah belore."

Saluant du poing sur le cœur, Manatheren se saisit du parchemin et se détourna de Vaillesang, résolu à accomplir sa nouvelle tâche avec autant de ferveur qu'à l'accoutumée.

C'est sur la place qu'il alla retrouver sa fidèle fauconne-pérégrine, Irya, qui le suivait depuis de longues années déjà. S'étant préparé à être envoyé en mission, il avait déjà scellé Irya et préparé les vivres nécessaires à quelques jours dans la nature. Rangeant le parchemin dans une de ses sacoches de fonte, il mit pied à l'etrier et se hissa sur la fauconne-pérégrine, impatiente comme à son habitude.

"Tout doux ma belle, même si nous devons rester prudents, rien n'augure que nous devrons en démordre avec quelques barbares indigènes de suite."

Lui flattant l'encolure, il l'incita ensuite du pied à se mettre en route vers les portes de la cité. Ce qu'il ne sut guère, c'est qu'il ne les reverrait pas avant bien des lunes.



En effet, Manatheren ne rentra pas à Lune d'Argent dans la semaine qui suivi, ni dans les mois d'après, et son ordre et ses proches commencèrent à le considérer comme perdu, comme tant d'autres braves avant lui. On lui organisa même des funérailles, prises en charge par son ordre. Et petit à petit, le nom de Manatheren tomba dans l'oubli. Les évènements tragiques que nous connaissont tous advinrent, Lune d'Argent fut ravagée par la main putride du Fléau et du Prince Félon, le Puit de Soleil fut dévasté, et la décadence des elfes commença. Ce qui nous amène à il y a environ 6 mois de cela, aux portes de la nouvelle Lune d'Argent.

Il était tard, et les gardes en faction devant la porte principale, même si ne renâclant pas à la tâche, maudissaient ces jours où ils devaient attendre des heures et des heures durant, immobiles ou presque, que la relève veuille bien pointer le bout de son nez. Mais c'est alors qu'un des gardes aperçu une silhouette montée sur un loup avancer sur le pont de la cité vers eux. L'individu était tout de noir vêtu, encapuchonné, certains morceaux de plaque venant renforcer sa tunique sombre.

"Halte ! Qui va là, déclinez votre identité !"

Après s'être arrêté à quelques mètres des gardes, l'individu les scruta un long moment sans rien dire, puis lâcha enfin d'une voix calme et grave :

"Manatheren..."

Chapitre premier : Le Passé d'Argent



A la vue de la position de la Lune par rapport aux étoiles, Manatheren estimait que la nuit était passée de moitié déjà. Son petit groupe et lui-même dormait à la belle étoile, une nuit radieuse s'offrant alors à eux. Depuis tout petit déjà, Manatheren avait aimé passer du temps à regarder les étoiles, non pas pour leur beauté, bien que cela y contribue, mais pour le voile de mystère qui les entourait. Un jour, il en était sûr, ce voile serait levé, et des personnes monteraient là-haut, voir ce qu'il en était.
Mais en attendant, il était là, les pieds sur terre, la tête dans les nuages, à laisser son esprit vagabonder, au lieu de dormir, ce qui aurait du primer, en vue de la rude journée qui les attendrait, lui et ses confrères et consoeurs, demain. A cinq lieues de là, entre les collines, on pouvait deviner les hautes tours et les mur fortifiés de la grande Âtreval, la Cité de Lumière, leur destination. Ils s'étaient arreté pour la nuit, dans l'incapacité de rejoindre les remparts avant le couché du Soleil, et qui plus est, il leur serait toujours plus agréable d'être intégrés après une bonne nuit de repos qu'après une journée de marche.
Cela faisait maintenant un peu plus de deux semaines qu'ils avaient quitté la magnifique Lune d'Argent, son petit groupe et lui-même, dans le but d'intégrer un nouveau programme d'échange entre les nations elfes et humaines. En effet, pour contribuer et s'ingérer dans les efforts de la grande Alliance, les magistères avaient convenu avec les grands pontifs de la Main d'Argent qu'il pourrait être bénéfique que certains elfes soient eux aussi instruits aux voies de la Lumière selon les rites sacrés de la confrérie des paladins.
Manatheren s'était alors porté volontaire. Il avait passé ses deux-cent quatre-vingt-une premières années à se cultiver et à étudier, pratiquant la bienséance et l'escrime de jour, apprenant tout sur le monde et ses subtilités de nuit. Il lui avait semblé correct et normal de tenter une autre expérience, hors des frontières sacrées et protections magiques des forêts de Quel'Thalas.
Et c'est ainsi qu'il s'était retrouvé ici, avec les autres volontaires, sur le chemin d'un des plus grands bastions de la Lumière, où leur entrainement commencerait sous peu. Il ne doutait que cela serait long et fastidieux, mais s'ils réussissaient, ils seraient, lui et ses frères, parmis les premiers paladins Quel'Dorei de l'histoire, de quoi donner un peu de baume au coeur.
Restait maintenant à voir comment seraient ses instructeurs, quels seraient les tenantx et aboutissantx de la formation, le nombre d'heures qu'ils devraient consacrer à la Lumière chaque jour, leurs quartiers devraient se montrer respectables, cela allait de soit, et...
Petit à petit, alors qu'il pensait à son avenir, Manatheren sombra dans un profond sommeil réparateur, et sans le savoir, le dernier qui lui serait accordé avant bien des lunes, car bientôt, très bientôt, lui et ses frères seraient des conscrits de la Lumière...

21ème jour du troisième mois, an 6



Le Seigneur Turalyon observait en silence, depuis les hauts murs de la caserne, les nouveaux arrivants de la ville fortifiée d'Âtreval. Il était au courant de l'arrivée prévue du groupe d'elfes, et de l'accord qui avait été signé entre la Main d'Argent et Quel'Thalas. Ah, que diable, seulement quelques mois que la Main existait, et déjà, les elfes venaient mettre leur nez dedans. Bah, qu'importe, on lui avait confié l'entrainement de ces nouveaux conscrits, et c'est ainsi qu'ils seraient traitées. La Main ne ferait pas de favoritisme envers les elfes, par justice envers les autres, mais aussi, et par dessus tout, parcequ'un paladin se devait d'être prêt à affronter son destin. Et le pouvoir de décider de quand ces elfes seraient prêts reposait entre ses mains.

"Allez me préparer le terrain numéro six."

"Oui, monseigneur."

Le garde en faction sur le rempart extérieur de la caserne s'absenta alors transmettre l'ordre au poste d'en bas. Il était venu le temps de voir si les rumeurs sur les facultés des elfes étaient fondées, il était venu le temps du Premier Test...

[...]

"Bienvenue à tous à Âtreval, capitale de la Lumière. Je suis le Paladin Turalyion, et c'est moi qui vous guiderai de votre premier pas, aujourd'hui même, jusqu'à l'aboutissement de votre formation. Quelqu'un a-t-il une question intelligente à poser avant de commencer? Non? Parfait ! A ma gauche, sur le petit terrain d'entrainement, se trouve le sergent Hoffen. C'est lui qui déterminera vos facultés de combat. Ne vous en faites pas, il ne tappe pas, enfin pas trop fort, et chacun recevra un enseignement approprié selon ses facultés. A ma droite, le mage Isilthus. Vous passerez tour à tour devant lui, après avoir affronté notre ami le sergent, et ce afin qu'il détermine votre potentiel magique, à tous. Nous devons nous assurer que vous avez les prérequis pour l'entrainement que vous allez subir, ça évite des morts en plein parcours. Je vais vous appeller les uns après les autres, vous passerez par ordre alphabétique. Si tout le monde a compris, nous allons commencer."

Ainsi débuttait le tout premier entrainement des conscrits de la lumière de Lune d'Argent. Turalyon observait de temps en temps les conscrits se frotter à Hoffen, bien qu'ils ne fassent généralement pas long feu. Ce bougre de petit bonhomme ne payait pas de mine à première vue, mais il en était déjà à son quatrième elfe le derrière dans la poussière, et ce malgré la chaleur très prononcée pour la période de l'année. Un temps magnifique à vrai dire, et il s'en serait réjoui, s'il ne devait porter cette armure rutilante pour le protocole du à ce premier jour d'accueil.
Alors qu'il pensait aux doux champs et à l'herbe chatoyante qu'entrainerait sous peu ce temps béni de la Lumière, il fut surpris par un bruit retentissant sur sa gauche. Un elfe venait de s'étaler de tout son plat sur le ratelier à armes, entrainant tout l'équipement avec lui, à la grande hilarité du sergent, la main encore en position de son coup magistral.
Turalyion secoua la tête en soupirant. En voilà un en tout cas qui devrait travailler avec grand soin ses méthodes d'approches au corps-à-corps.
L'elfe se relevait, et sous ordre du sergent, se dirigeait vers Isilthus. Celui-ci l'accueillit comme il se dut, mettant un point d'honneur aux formes et aux règles de bienséance depuis bien des années. Ah Isilthus, sa coupe au bol grise se refletant sur sa toge bège délavée. Un personnage érudit, à n'en pas douter, trop, diraient certains, mais une chose était sûre, il accomplissait sa tâche avec dévouement et fidélité depuis des lustres, et cela suffisait à Turalyion.
Il allait se détourner du spectacle et s'en retourner à une vue plus globale, quand quelque chose retint son attention.
Isilthus... sa couleur corporelle venait subitement de passer du rose de bon vivant au blanc livide. S'approchant doucement de Turalyion, il lui fallut un moment pour se maîtriser et parvenir à murmurer :

"Cet elfe là, dit-il désignant celui qui s'était ridiculisé quelques minutes plutôt. Ce n'est pas normal, je n'avais jamais vu ça..."

"Comment cela, que se passe-t-il?"

"Il a un potentiel bien supérieur à la normale de ce que j'ai pu voir depuis bien des années. Croyez moi, ça n'est pas commun, même pour un elfe. Son pouvoir est latent, comme endormi, et je gage que quelqu'un de moins experimenté s'y serait laissé prendre, mais je l'ai senti, là, quelque part enfoui en lui, comme un torrent de lave bouillonnante attendant patiemment son heure. Cet elfe pourra un jour faire de grandes choses s'il y met du sien, de très très grandes choses."

"Hmm bien, merci de la remarque. Comment s'appelle-t-il déjà?"

"Manatheren..."

22ème jour du troisième mois, an 6



L'ambiance était sereine, l'air frais se mellait aux fragrances d'encens familières et apaisantes des lieux. Les quelques éminances rassemblées dans la Cathédrale de la Lumière maintenaient un calme presque angélique.
L'archevêque Alonsus Faol attendait près de l'autel dont se rapprochait Manatheren, un homme large de corpulence et petit de taille, une longue barbe blanche lui tombant du menton, mais pourtant rayonnant de chaleur et de gentilesse même, pourtant en plein milieu d'une cérémonie officielle.
Il attendit que l'elfe s'approche et s'agenouille devant l'autel, avant d'ouvrir un grand livre et de parler :

"Dans la Lumière nous nous rassemblons pour introniser notre frère. En son pouvoir, il éduquera les masses. Dans sa force, il combattra l'ombre. Et dans sa sagesse, il mènera ses frères vers les récompenses éternelles du paradis."

Sur sa gauche, plusieurs hommes, et quelques femmes, habillées d'amples robes blanches étaient debouts et dignes. Certaines tenaient des encenssoirs, qui se balançaient d'une façon presque hypnotique. D'autres portaient de grands cierges. L'un portait une étole bleue brodée. Ces inconnus ajoutaient à l'ambiance douce et sereine des lieux, qui portaient plus que bien leur nom.
L'archevêque Faol demanda aux clercs d'accorder leur bénédiction à Manatheren. Ils le firent, celui portant l'étole bleue s'avançant pour en draper le cou de l'elfe et oindre d'huile sainte son front.

"Par la grâce de la Lumière, puissent vos frères être guéris, dit le clerc."

Faol se tourna vers les hommes à la droite de Manatheren.

"Chevaliers de la Main d'Argent, si vous jugez cet homme digne, accordez-lui vos bénédictions."

Par contraste, avec le premier groupe, ces hommes, au garde à vous dans de lourdes armures de plaque brillantes étaient bien connus de Manatheren. Paladins de la Main d'Argent vénérables et reconnus, on pouvait dénoter Tirion Fordring, au grand fort de l'âge, qui devait bientôt être nommé dirigeant d'Âtreval à la place de Turalyion, présent également, celui-ci accompagnant Anduin Lothar à travers la Porte des Ténèbres. Etait aussi présent le géant Saidan Datrohan. Des membres fondateures de l'Ordre, il ne manquait que le grand Uther, le Porteur de Lumière, ainsi que Gavinrad le Pieu.
Saidan Datrohan s'avança, portant un énorme, et probablement pesant marteau, sa tête d'argent gravée de runes et son manche robuste enveloppé de cuir bleu. Il plaça le marteau face à Manatheren, puis recula pour se placer avec ses camarades. Ce fut Turalyion, qui avait tout enseigné à Manatheren, qui vint ensuite. Il portait dans ses mains une paire d'épaulières de plaque de cérémonie. Il les déposa d'un geste militaire sur les épaules de l'elfe, mais lorsqu'il parla d'une voix forte et assurée, celle-ci témoignait du respect qu'il avait gagné et du bonheur qu'éprouvait Turalyion, non pas de son habituel ton strict et cassant.

"Par la force de la Lumière, puissent tes ennemis être défaits."

A son tour, il se retira du devant de l'autel.
L'achevêque Faol sourit gentillement à l'elfe, irradiant le calme, balayant les inquiétudes.

"Lève toi et sois attitré, offrit Faol. Manatheren le fit.
Fais-tu voeu de marcher dans la grâce de la Lumière et de transmettre sa sagesse à ton prochain?"

"Je le fais."

"Fais-tu voeu de vaincre le mal où qu'on le trouve, et de protéger l'innocent de ta propre vie?"

"Par mon sang et mon honneur, je le fais."

Faol se retourna alors pour s'adresser à la fois aux clercs et aux paladins.

"Frères et soeurs, vous qui êtes rassemblés ici pour entendre la sagesse, levez vos mains et laissez la sagesse illuminer cet homme."

Les clercs et les paladins levèrent tous leur main droite, qui était maintenant imprégnée d'une douce lumière dorée. Ils pointèrent Manatheren, dirigeant l'éclat vers lui.
La lumière du soleil ruisslant par les fenêtres du plafond commença à se déplacer lentement vers l'elfe debout seul dans son armure brillante. Maintenant, cette Lumière brillait sur lui, en lui, à travers lui, à tel point qu'il fut forcé de fermer les yeux face à l'éclat presque éblouissant. Cela commença par le réchauffer, puis le dessécher, et il grimaça légérement. Il se sentit récuré. Vidé, nettoyé au propre, puis rempli à nouveau, et il sentit la Lumière croître en lui puis décliner jusqu'à un niveau tolérable. Il cherche alors le marteau, symbole de l'Ordre. Sa main se fermait autour du manche, lorsque l'Archevêque Faol lui sourit.

"Lève-toi, Manatheren al'Elsidiem en'Noridhrim, paladin défenseur de Quel'Thalas. Bienvenu dans l'Ordre de la Main d'Argent."

Manatheren sourit en se relevant, et leva le marteau bien haut en un cri retentissant. En réponse à son cri d'exultation, la cathédrale commença soudain à résonner du son des vivats et des applaudissements.
Un chapitre d'une vie se terminait, un autre venait à peine de commencer. Manatheren servait désormais la Lumière, en tant que paladin...

16ème jour du 7ème mois, an 8

Ps : Source pour l'intronisation : L'ascension du Roi-Liche par Christie Golden.

Ps 2 : Lorsque je pourrais poster des liens, j'agrémenterais le récit.

    La date/heure actuelle est 2017-11-22, 02:02