[Elfe de la nuit] Ephélia

Partagez

[Elfe de la nuit] Ephélia

Message  Faye le 2011-05-01, 22:29

Le ronronnement paisible de Malayika au coin du feu présageait une nuit calme. La lune éclairait par sa douce lumière la forêt bénie d'Orneval. Là, je regardai avec admiration l'animal et fermai les yeux, entrai en son être, devenir comme lui, une tigresse prédatrice d'une grande puissance, mais d'une mobilité dans l'ombre sans égal. Plongeant au plus profond de moi même, j'essayais de cerner l'animal qui m'habite. Rouvrant les yeux, je voyais mon compagnon comme un frère de sang.

Aujourd'hui, nous avions tous les deux combattus pour défendre nos terres. Quelques heures auparavant, un Grunt de la Horde espionnait non loin de la route d'Astranaar, les allées et venues des Elfes d'Auberdine en transit. Malaïka en alerte par l'odeur sans égal de l'Orc, m'indiqua la présence d'un ennemi, et se tapissa dans l'ombre, longeant doucement et sans bruits les arbres. Mes yeux se fixèrent sur ma proie. Montant sur les branches d'un des arbres, je décochais une flèche du carquois. Elle fila comme le vent, toucha la créature dans la cuisse. Le monstre hurla de douleur, et mis la forêt en émoi. Le Grunt brandit sa hache, tandis que Malaïka bondit et lui empoigna violemment le bras, ses dents s'enfonçant dans la chair. Je sifflai mon compagnon le forçant à lâcher prise, puis observa le grunt s'enfuir difficilement. Peut être quelques vies sauvées, mais la menace n'en était pas moins diminuée.[/color]

La méditation s'arrêta net, avec l'idée d'une journée bien remplie. Je fermais les yeux, et me blottis contre mon compagnon. Demain, une nouvelle chasse sera sans doute à nouveau nécessaire !



Hier encore des grunts rodaient autour des villages elfiques d'Orneval. Leur piste n'était pas difficile à repérer, je les suivais à la trace, précédée de Malayika qui flairait leur odeur depuis plusieurs kilomètres déjà. Ils établirent un petit campement non loin d'Astranaar. De buissons en buissons je me rapprochai d'eux jusqu'à ce qu'ils soient à portée de tir. Restant la plus silencieuse possible, levant ma main droite, je saisie lentement une flèche, quand j'entendis un bruit au dessus de moi. Ayant juste le temps de lever les yeux et redresser la tête, un filet s'abattit sur moi me clouant au sol. C'était un piège. Malayka d'un élan bondit entre les branches attaquant les grunts qui y étaient cachés. Sortant ma dague je fini par me délivrer des cordages. Les orcs du camps qui courraient en ma direction m'attaquèrent. Après un rude combat j'en vins à bout. Ne pouvant encore une fois achever mon travail, je regardai avec pitié les créatures agonisantes jonchées au sol. Je rangeai ma dague, puis me retournai vers Malayka. Alors mes yeux se figèrent sur elle et mon souffle se coupa net. Le sabre de givre ne bougeait plus, allongé au sol son pelage taché de sang, il respirait difficilement. Me jetant à terre je pris sa tête sur mes genou pour le redresser, puis il ferma les yeux dans un dernier souffle. Je réalisai alors avec peine que mon seul ami, que ma moitié venait de s'éteindre.

Posant mon arc et mon carquois prêt de Malayka, je me redressai, me retournai et regardai les grunts au sol. D'un regard vide, d'un geste sûr et calme je saisis l'une des haches au sol de mes deux mains, je leva l'arme au ciel et l'abattis sur ma cible encore et encore, jusqu'à ce que ma peine s'annihile.




    La date/heure actuelle est 2017-10-21, 02:09