Le Panthéon Kal'doreïs

Partagez
avatar
Sway
Animateur

Le Panthéon Kal'doreïs

Message  Sway le 2011-05-08, 22:51



Elune est la déesse majeure du panthéon elfique.
Elle est la déesse mère des elfes de la nuit et la défenseure des terres elfiques et de l'équilibre du monde.

Elune est la déesse de la Lune, généralement associée à la guérison, à la paix et à la tolérance, pourtant, la déesse qui préconise la paix à tout prix. En effet, Elune a aussi revêtu l'aspect d'une Guerrière nocturne, dont on dit qu'elle recueille ceux qui sont morts sur les champs de bataille pour les envoyer traverser le ciel tels des étoiles.

Longtemps avant la Grande fracture, un ordre de prêtres s'était consacré au service d'Elune. Le plus haut échelon de cet ordre est connu sous le nom de Sœur d'Elune. Comme l'indique ce nom, cet ordre n'est ouvert qu'aux femmes. Leurs chants militaires ont le pouvoir d'invoquer la colère d'Elune pour frapper l'ennemi et leurs prières peuvent soigner les soldats les plus grièvement blessés.
La dirigeante du culte d'Elune est la grande prêtresse, poste actuellement occupé par la grande prêtresse Tyrande Murmevent.
Les prêtresses d'Elune organise également la vie civile des Kal'doreïs, en tant que magistrat, intendantes...

Personne n'a jamais vu Elune en chair et en os sur Azeroth. En effet, elle est plus un assemblage d'idéaux qu'une personnalité à part entière. À la fois puissante et spirituelle, Elune est un être fondamentalement incorporel. Cependant, on la décrit souvent comme une magnifique elfe de la nuit couronnée d'une simple auréole en platine et baignée de lumières éblouissantes. Les artistes la dépeignent traditionnellement avec de longs cheveux blancs, une peau d'albâtre et des yeux clairs comme la Lune.


Malorne :




Malorne est le dieu de la forêt, et fut le compagnon de la déesse Elune.
Il est le dieu de la forêt et l'incarnation de la terre, le gardien de l'équilibre.

Ce dieu bien que révéré n'est ne possède aucun temple, les elfes de la nuit lui rendent hommage dans les profondeurs de la forêt.

La forme physique du druide périt lors de la déchirure.
Le dieu,chargeât les démons pour protéger son fils Cénarius mais fut finalement vaincu par le seigneur démoniaque Archimonde. Mais les Kal'doreïs pensent que son esprit préserve toujours la forêt.

Le dieu Malorne est tout particulièrement révéré par les druide Kal'doreïs



Fils d'Elune, la déesse de la lune, et du demi-dieu Malorne, Cénarius hérita d'une connexion étroite avec le monde d'Azeroth et ses créatures. Il existe une légende chez les taurens censée relater l'histoire de la conception de Cénarius.

Lorsque la naissance du demi-dieu perturba les énergies du Rêve d'émeraude, Ysera porta immédiatement son attention sur lui. Le guidant au sein du Rêve et lui apprenant force des secrets de ce plan, elle devint comme une mère pour lui. De fait, l'affection mutuelle qu'elle partageait avec Cénarius a amené de nombreuses races anciennes d'Azeroth à croire qu'ils étaient mère et fils.

Cénarius grandit dans l'amour des forêts luxuriantes du royaume d'Ysera, parcourant fréquemment ses chemins oniriques et infinis, soit pour observer Azeroth et ses créatures, soit pour simplement espérant ce qu'elles pourraient bientôt devenir.
Les elfes de la nuit

Lorsque les elfes de la nuit commencèrent à se développer autour du Puits d'éternité, leur curiosité les mena à établir des contacts avec de nombreuses entités puissantes, dont Cénarius. Le demi-dieu se prit d'affection pour les elfes de la nuit et passa une grande partie de son temps à leur enseigner tout ce qu'il savait du royaume de la nature. Grâce à ses conseils, les elfes de la nuit développèrent une forte empathie pour les vénérables forêts de Kalimdor et s'émerveillèrent de l'équilibre harmonieux de la nature.

Avec le temps, pourtant, les elfes de la nuit furent de plus en plus attirés par les énergies cosmiques du Puits. De plus, la croissance rapide de leur civilisation entraîna inévitablement la création des nouveaux bâtiments et de nouvelles routes. De grandes étendues de forêts disparurent. De paisibles régions boisées se transformèrent en cités florissantes et des arbres géants furent pervertis et déformés pour mieux servir de résidences. Les elfes de la nuit abandonnaient peu à peu leur lien étroit avec la nature.

Le nombre d'elfes de la nuit choisissant de suivre les enseignements du demi-dieu décrut et Cénarius constata avec peine que tous ses efforts n'avaient servi à rien. À contrecœur, il quitta le territoire des elfes de la nuit. Il décida de respecter leurs choix, même si leurs vues ne concordaient plus avec les siennes. À partir de ce jour, Cénarius se retira dans la nature et évita la plupart des races intelligentes au point que certaines en vinrent à douter de son existence.

Le premier druide

Des millénaires avant que l'intérêt des elfes de la nuit pour la magie des arcanes ait amené à la Grande fracture, Malfurion Hurlorage découvrit plusieurs légendes faisant référence au mystérieux Cénarius. Malfurion avait toujours fait preuve d'une grande vénération pour la nature, même si les autres elfes de la nuit avaient depuis longtemps cessé de s'y intéresser. Il partagea sa découverte avec son frère jumeau, Illidan Hurlorage, et leur amie mutuelle, Tyrande Murmevent. Les trois elfes décidèrent qu'il serait amusant de partir à la recherche du demi-dieu disparu, bien qu'au fond d'eux, ils ne croyaient pas beaucoup plus en son existence que le reste de leurs semblables.

Il ne se passa pas longtemps avant que la faune et la flore d'Azeroth n'apportent des nouvelles de ces trois elfes de la nuit aux oreilles de Cénarius. Surpris et intrigué, Cénarius les localisa et inspecta méticuleusement leur cœur. Il vit beaucoup de promesses en Malfurion, promesses qui finirent de le convaincre.

Les rires du trio se transformèrent en silence lorsque Cénarius fit brusquement irruption des fourrés. Il se présenta et proposa de leur enseigner les arts druidiques. Ils acceptèrent avec enthousiasme. Malfurion se révéla un disciple vif et talentueux, tandis que son frère se montra impatient et maladroit. Quant à Tyrande, elle était déjà novice chez les Sœurs d'Elune et avait donc promis de vouer sa vie à la déesse. Cénarius était conscient que Malfurion serait le seul à devenir un druide.

L'invasion de la Légion ardente

Malfurion fit des progrès significatifs dans ses études et fut un jour assailli par une vision inquiétante, dans laquelle il assistait, impuissant, à l'utilisation immodérée des énergies du Puits d'éternité par les Biens-nés du palais. Cette vision lui donna la ferme conviction que la reine Azshara et ses magiciens de la caste supérieure allaient provoquer une catastrophe si personne ne s'interposait. Malfurion fit part de ses préoccupations à Cénarius, qui fut très inquiété par cette nouvelle.

Hélas, les elfes de la nuit ne réalisèrent ce qui se passait que trop tard. Les démons surgirent en masses du palais royal et se mirent à massacrer tout ce qui se dressait sur leur chemin. La guerre des Anciens avait commencé.

Alors que la crise prenait forme, Cénarius enseigna tout ce qu'il savait à Malfurion, puis parti demander l'aide des autres demi-dieux d'Azeroth. L'idée de travailler de concert était inhabituelle pour eux et Cénarius dut faire preuve d'une grande force de persuasion afin de les convaincre de passer à l'action. Ils se mirent en route pour le front et s'aperçurent que la guerre était déjà bien avancée.

Sans tarder, Cénarius évalua la situation puis mena les autres demi-dieux devant le chef de l'armée des elfes de la nuit : le capitaine Jarod Chantelombre. Stupéfait, ce dernier accepta volontiers l'aide des demi-dieux et le cours de la guerre commença à se modifier.

La part du feu

Réagissant à cette nouvelle menace terrifiante, les vastes légions démoniaques concentrèrent leur offensive sur les demi-dieux, qui furent rapidement submergés. Cénarius fut grièvement blessé et complètement encerclé avant que Malorne ne parvienne à charger et à repousser les assaillants de son fils de quelques coups de ses gigantesques ramures.

Les elfes de la nuit se jetèrent dans le combat afin de ramener Cénarius, alors inconscient, en lieu sûr. Malorne n'eut pas de mal à retenir les démons, jusqu'à ce qu'Archimonde entre dans la bataille et engage le cerf géant en combat singulier, réussissant à lui rompre le cou. Malfurion, consumé par la rage et le chagrin, invoqua des racines qui sortirent du sol pour enserrer le seigneur démon. Alors que les plantes resserraient leur emprise sur la silhouette massive du démon, Archimonde fut contraint de fuir en se téléportant.

Ysera fut fortement peinée par la nouvelle de la mort de Malorne. Ses grands dragons aidèrent Cénarius à rentrer dans le Rêve d'émeraude, où les dragons verts prodigueraient leurs soins pour guérir ses blessures. Malgré la douleur et des nombreuses séquelles, Cénarius émergea du Rêve peu de temps après la Grande fracture, car il entendait la terre appeler au secours.

Il découvrit alors avec horreur qu'Illidan Hurlorage avait créé un second Puits d'éternité. Jarod Chantelombre confia la responsabilité de fixer le châtiment d'Illidan à Malfurion, qui estima qu'il serait pure folie de laisser Illidan libre de poursuivre sa quête de pouvoir irraisonnée. Ainsi, avec l'aide de Cénarius, Malfurion enferma Illidan à l'intérieur d'une vaste prison souterraine pour qu'il y reste enchaîné, hors d'état de nuire, jusqu'à la fin des temps.

La retraite des elfes de la nuit

Tyrande Murmevent, désormais grande prêtresse d'Elune, fut à l'origine de changements importants dans la civilisation des elfes de la nuit. Elle mit en place une nouvelle armée composée uniquement de femmes, les Sentinelles, et décréta qu'elle serait dirigée par les Sœurs d'Elune. La noblesse et la sorcellerie seraient désormais considérées comme les reliques d'un passé honteux et décadent.

Cependant, un groupe de Bien-nés, sous le commandement de Dath'Remar Haut-soleil, refusa d'abandonner la pratique de la magie des arcanes. Après de longues discussions, Tyrande et Malfurion prirent la difficile décision d'envoyer en exil leurs frères rebelles. Dans le sillage du départ de ce groupe, le reste des elfes de la nuit se retira délibérément du reste du monde. Un voile de brume tomba sur tout le continent, dissimulant sa présence aux marins de passage.

Pendant ce temps, Cénarius demeurait tout près à Reflet-de-Lune, au pied du Mont Hyjal. Sa descendance mâle, les gardiens du Bosquet, surveillait de près les elfes de la nuit et aidait régulièrement les Sentinelles à maintenir la paix dans la région. Même la farouche descendance femelle de Cénarius, les dryades, se montrait de plus en plus souvent au grand jour.

L'arrivée d'une nouvelle race

Le temps passa et une nouvelle race fit son arrivée sur Azeroth : les orcs, provenant de la planète Draenor. Sous l'influence des démons, les orcs étaient passés d'une société chamanique paisible à la Horde assoiffée de sang. Ils entrèrent en guerre contre humains des Royaumes de l'Est et firent un nombre incalculable de victimes durant la Première et la Deuxième guerre. Cénarius et les elfes de la nuit ne sortirent pas de leur retraite pour intervenir, car ils ne se tenaient pas au courant de ce qui se produisait en dehors de Kalimdor.

La Deuxième guerre se solda par la défaite des orcs et la Horde fut anéantie. Peu avant la Troisième guerre émergea un nouveau chef de guerre orc, dénommé Thrall, qui reforma la Horde et traversa les océans à la tête de son peuple pour fonder un nouveau royaume en Kalimdor. Cette nouvelle Horde ne désirait plus faire la guerre. Les orcs voulaient simplement abandonner le territoire des humains et trouver un endroit où ils pourraient se développer.

L'assassinat d'un demi-dieu

Bien sûr, les orcs ne furent pas accueillis chaleureusement en Kalimdor. Les elfes de la nuit expédièrent des éclaireurs en toute hâte, qui revinrent avec des histoires terrifiantes à propos des atrocités perpétrées par les orcs pendant la Première et la Deuxième guerre. Au même moment, les orcs abattirent un grand nombre d'arbres en Kalimdor, visiblement pour établir un campement de grande envergure. Cénarius, convaincu que les orcs avaient à nouveau des intentions belliqueuses, mena un groupe d'elfes de la nuit et de tréants attaquer un large groupe d'intrus orcs.

Cette nouvelle Horde aurait sûrement été écrasée si des membres de la Légion ardente n'avaient pas remis les pieds récemment sur Azeroth. La Légion n'avait pas oublié la vaillance et la puissance dont Cénarius avait fait montre lors de la guerre des Anciens et elle était déterminée à lui faire mordre la poussière. Sur les conseils du seigneur de l'effroi Tichondrius, Mannoroth, un seigneur des abîmes, versa son sang dans une mare et la corruption qui en résulta fut rapidement détectée par les sorciers-docteurs trolls de la Horde.

Menés par Grom Hurlenfer, les orcs burent les eaux contaminées de cette mare et se réjouirent du retour des pouvoirs octroyés par les démons. Assoiffés de haine et de sang, Grom et ses guerriers partirent se venger de Cénarius et de ses alliés. Les orcs parvinrent ainsi à tuer le demi-dieu. Les elfes de la nuit, ainsi qu'Ysera et de nombreuses créatures d'Azeroth, pleurent encore à ce jour la disparition tragique de Cénarius.

Aviana :



Il y a longtemps, Aviana était un corbeau normal, jusqu'à ce qu'elle soit choisie par Elune pour délivrer un message de la déesse au demi-dieu Cénarius. Bientôt elle porta des messages à plusieurs des puissances du monde antique; chacune de ces puissances accordait de nouvelles capacités afin qu'elle puisse faire son devoir, jusqu'à ce que finalement elle devienne leur égal et prenne connaissance de nombre des secrets du monde.

Quand les Kaldorei se rassemblèrent autour du Puits d'Eternité, Aviana prit la forme d'un elfe de la nuit et les rejoigna dans leurs études de la magie. Quand la Reine Azshara construisit son temple et rassembla ses serviteurs choisis pour leur maîtrise des Arcanes, Aviana réalisa l'influence corruptrice de la magie et retourna au côté d'Elune.

Lors de la Guerre des Anciens, Aviana pris occasionnellement la forme de mortels et guida des groupes d'humains ou d'elfes de la nuit loin des Gardes Noirs. Néanmoins, la plupart du temps elle volait haut au dessus des terres et récupérait des informations pour Cenarius sur les mouvements de la Légion Ardente.

Les races natives d'Azeroth dépeignent Aviana différemment. Les elfes de la nuit la voient comme un énorme corbeau, plus grand que les plus grands Taurens (elle est d'ailleurs surnommée "la Dame Corbeau"), mais les autres races la voient comme une colombe ou un aigle, et elle aimait prendre de telles formes. Mais chaque race la connait aussi comme venant de leur propre peuple, avec de nombreux visages et rôles - de l'humain vagabond ou le Quel'dorei sorcier à l'explorateur nain ou le prêtre troll. Mais les elfes de la nuit révèrent la Dame Corbeau comme celle qui emprunta le chemin de la magie mais qui fut assez sage pour en changer avant d'être corrompue. Même si elle est le patron de ceux qui recherchent le savoir et les connaissances, ils comprennent qu'elle garde attentivement ce qui pourrait dévoiler les secrets des dieux eux-mêmes. C'est pourquoi elle est la déesse des mystères. Toutefois, elle a un penchant pour les mortels qui la mène à les protéger et à les aider à chaque fois qu'elle s'en sent capable.

Aviana régnait sur l'arbre géant G'hanir, appelé la Mère des Arbres, où elle accueillait les esprits de toutes les espèces volantes mortes. Si ce royaume magique est mort lors de cette guerre on ignore ce qu'il est advenu de sa maitresse, on sait qu'elle a été blessée lors de ce conflit, elle est présumé morte.

Aujourd'hui, Aviana est vénérée par les Druides de la Serre, ou druides-corbeau.



Les légendes du Kaldorei soufflent qu'Agamaggan était l'un des premiers Esprits à vagabonder sur les terres d'Azeroth, à l'âge où elles étaient encore vierges et sauvages. Tandis qu'il errait pendant l'enfance d'Azeroth, Agamaggan livra et remportant tant de combats que sa force fut universellement reconnue. Il en devint l'une des Entités les plus redoutées au monde, aussi puissant à sa manière que les Aspects eux-mêmes. L'Ancien Agamaggan s'était incarné en la forme prodigieuse d'un sanglier aux dimensions colossales et au corps recouvert de vignes aux redoutables épines. Ses yeux d'acier brillaient du sombre éclat d'une rage primitive, éclipsant presque entièrement l'intelligence de son regard. Ne répondant guère qu'à l'appel de son insatiable faim, Agamaggan ne connaissait jamais de repos et fut amener à affronter des créatures dont la puissance le dépassait.

La terre tremblait à chacun de ses coups de sabot, avant qu'il ne charge sa proie, les naseaux exhalant des nuages de vapeur. De tout ceux ayant vécu le mélange de chance et de malheur qu'il y avait à le voir combattre, nul ne ressorti inchangé. Au mieux, les témoins nourrissaient un profond respect pour la toute puissance des Esprits éternels de la Nature. Au pire, ils voyaient naître en eux une considérable peur à l'égard des Anciens. Cependant, il est dit qu'Agamaggan prit conscience que la maîtrise croissante qu'avaient les Kaldoreis sur les Arcanes pourrait rivaliser avec sa propre force brutale. Cette constatation l'amena loin des terres des Elfes de la Nuit, vers les tribus de Trolls sauvages avec qui l'Ancien lutta constamment; les uns pour protéger leur civilisation embryonnaire, l'autre pour assouvir son appétit.

Lorsque la Légion Ardente souilla pour la première fois le monde de son empreinte, enragé et impatient d'en découdre, Agamaggan n'attendit pas la moindre coordination et fut l'un des premiers à mener l'assaut contre le bastion des démons. Les légendes aimant les nombres exacts, il est dit qu'il dévora mille Gardes Infernaux lors de la Guerre des Anciens. L'ensemble des Kaldoreis étant alors relativement incapables de tenir un compte exact durant l'assaut de Zin-Azshari, la légende a bien évidement brodé. Mais voir des légions entières de démons fuir un ennemi est une vision rare... Agamaggan l'offrit.

Traversant les cohortes de Gardes Infernaux en les balayant comme des fétus de paille, le Demi-Dieu combattit en combat singulier le Seigneur des Abîmes Mannoroth. Ce combat titanesque qui ravagea la contrée environnante était le premier qu'Agamaggan ne pourrait pas remporter. Mais lorsque son esprit sombra dans la mort, il avait assez fragilisé les défenses de la Légion pour que Cénarius puisse mener les troupes Kaldorei jusqu'au Puits d'Éternité, où ils trouvèrent la victoire.

Aujourd'hui encore, le Peuple Kaldorei se souvient de la Force de cet Ancien, et ceux qui n'ont pas oublié chantent encore son courage. Parmi les Druides, certains le vénèrent d'ailleurs, le voyant comme l'incarnation de leur désir d'un retour à une Nature plus pure et sauvage.



Le Hurans:

A l'époque de la Guerre des Anciens, lorsque la Légion Ardente souilla pour la première fois le monde de son empreinte, le Vénérable Cénarius voyagea jusqu'aux terres des Trolls pour y chercher le soutien d'Agamaggan, le demi-dieu sanglier. Ce dernier ayant constamment la panse remplie de chair Troll, il ne montra d'abord aucun désir de rejoindre les elfes dans la Guerre des Anciens. Il ne fut convaincu que lorsque Cénarius le persuada que toute vie disparaitrait si la Légion venait à remporter le conflit. Seule la crainte de perdre sa chasse gardée entraina Agamaggan jusqu'aux conflits entourant le Puits d'éternité.

Bien que le colossal verrat péri dans le combat, ses actions ont grandement contribué à la sauvegarde du monde d'Azeroth. A l'endroit même où le géant avait expiré, là où son sang s'était répandu, des vignes de ronces-épines massives poussèrent bientôt, rien ne pouvait arrêter leur croissance désordonnée. Les Hurans, qui se considéraient déjà comme la progéniture mortelle du dieu puissant, vinrent en masse pour occuper la région qu'ils jugeaient être leur sainte terre. Dans le tumulte de leur installation au sud des Tarides, les Hurans durent lutter âprement pour survivre dans une région désertique qui offrait peu de ressources. Forcés à combattre pour leur survie et pour étendre leurs terres, ils affrontèrent tant les Tauren que les centaures du clan Rochelance. Face à ces adversaires organisés et puissants, les Hurans développèrent leurs stratégies de combat et devinrent des guerriers agressifs et efficaces. Les attaques hurans sur les villages de la Horde deviennent toujours plus pressantes et dévastatrices, et certains prétendent mêmes que des plans de conquêtes plus vastes encore fourmillent dans les têtes des chefs hurans.

Le coeur des colonies Hurans est désormais connu sous le nom de «Tranchebauge», et seuls les aventuriers les plus intrépides se risquent dans cet enchevêtrement de ronces. Conquis par la "vieille femme", Charlga Trancheflanc, encore en charge de sa défense, le lieu est une véritable cité souterraine. Quant à celui que l'on soupçonne d'être à l'origine de ce que les autorités de la Horde estiment être un renouveau de la puissance hurans, il ne serait autre qu'Amnennar le Porte-froid, une liche qui userait de ses pouvoirs pour maintenir les chefs hurans sous sa coupe.

Aessina :

Aessina est l'esprit des espaces sauvages. Une manifestation de la nature parfois dangereuse et sauvage ou douce et bienfaitrice.
Les dryades lui sont particulièrement liée.

Ursoc et Ursol :



Vénéré par les tribus de Furbolgs et par les Druides de la Griffe les frères jumeaux ours furent parmi les premier à répondre à l'appel de Cénarius quand la Guerre des Anciens commença utilisant Ursol utilisant la magie des esprits et tout deux leur force brute. Ils pouvaient soigner et redonner courage à leurs alliés en plein cœur de la bataille.
Ursoc et Ursol sont les patrons de l'équilibre de la nature et des bêtes sauvages, ils côtoyèrent beaucoup les elfes de la nuit les deux n'hésitant pas à se rendre dans les villages Kal'dorei spécialement lors de la fête lunaire.
Ils moururent contre les gardes de la reine Azshara.

Ursoc et le Norfendre :

Ursoc est revenu à la surface avec l'exploration du Norfendre, une tribu de furbolg des Grisonnes ont en effet utilisé les restes de l'Arbre-Monde Vordrassil (abattu pour avoir ses racines si profondément enfouies qu'elles seraient entrées en contact avec un Dieu Très Ancien emprisonné sous le continent) pour le faire revenir à la vie. Malheureusement suite à cela le demi-dieu et la tribu de furbolg commencèrent à se corrompre.


Omen:

Omen, le dieu corromput.
Bénie par Elune, Omen parcourait Kalimdor faisant profiter de sa force et de ses connaissances quiconque le rencontrait et en particulier les chasseurs.
Il combattit bravement la Légion Ardente au côté des autres demi-dieux/dragons/elfes de la nuit mais à force de batailles les forces démoniaques le plongèrent dans un profond sommeil où la corruption commença à le consumer lentement.
Transformé il perdit sa sagesse mais conserva la force que lui avait donné Elune et apporta la mort et la terreur partout où il passait.
Opposé à la puissance d'Elune à Havrenuit il prit la fuite et plongea dans les profondeurs du lac Elune'ara de Reflet-de-Lune où il se terre depuis. Chaque année, à la même date, pendant la fête de la Lune il tente une sortie pour reprendre son travail de destruction, en vain pour le moment.

Les Autres :

Bien d'autres dieux et demi-dieux s'ajoutent à cette liste, tel Goldrinn le loup blanc, le Lo'gosh des orcs.
On parle aussi d'un dieu blaireau, d'un dieux tortue...



Enfin on trouve dans le panthéon elfique les Anciens, immense arbres dotés d'une grande sagesse et de la capacité de se mouvoir.
Puis les nombreux esprits de la nature et de la forêt auquel font souvent appel les druides.


    La date/heure actuelle est 2017-12-17, 14:38